ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Côlon & Rectum

1951-6371
Proctologie - Chirurgie - Endoscopie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 9/2 - 2015  - pp.103-110  - doi:10.1007/s11725-015-0586-2
TITRE
Chirurgie de cytoréduction et carcinoses péritonéales

TITLE
Cytoreductive surgery and peritoneal carcinomatosis

RÉSUMÉ

La carcinose péritonéale (CP) est l’atteinte de la séreuse péritonéale par des cellules néoplasiques. Elle peut être primitive dans le mésothéliome péritonéal ou secondaire comme dans les carcinoses d’origine digestive ou ovarienne. En l’absence de traitement le pronostic est très péjoratif avec une médiane de survie de 6 mois quelle que soit l’origine de l’atteinte. Le développement du traitement local associant une chirurgie de cytoréduction (CRS) et une chimio-hyperthermie intrapéritonéale (CHIP) a révolutionné la prise en charge des CP et est à ce jour le seul traitement à visée curative [1,2]. Le principe de cette stratégie est d’assurer une résection chirurgicale complète des lésions macroscopiquement visibles en réalisant des gestes de péritonectomie et résection d’organe. Le traitement de la maladie microscopique par une CHIP reste encore débattue [3,4] et les résultats de l’essai PRODIGE 7/ACCORD 15 (NCT00769405) devraient permettre de définir plus précisément les indications concernant les carcinoses colorectales. Les indications sont à discuter en fonction de l’état général du patient, l’origine de la carcinose et l’extension de la maladie. Cette procédure est le plus souvent contre-indiquée chez les patients présentant une extension extra-péritonéale, un état général précaire ou une extension péritonéale ne permettant pas une résection complète. Une atteinte étendue du grêle, l’envahissement du pédicule hépatique, l’atteinte du trigône vésical sont les 3 principales atteintes limitant la faisabilité d’une résection complète. La décision opératoire, parfois difficile, doit prendre en considération l’impact de la chirurgie sur la qualité de vie et le pronostic selon l’origine de la CP et son étendue. De plus, l’association CRS et CHIP expose à une morbi-mortalité importante (1 à 12% de mortalité, 14 à 34% de morbidité) [5]. Pour ces raisons, ce traitement ne peut être proposé qu’à une population de patients sélectionnés.

L’objet de ce traité n’est pas de décrire l’ensemble de techniques de péritonectomie et de CHIP, déjà largement décrites [6,7], mais de préciser plus spécifiquement les points techniques difficiles. L’exploration de la cavité abdominale, les techniques de traitement du péritoine de la capsule de Glisson, du pédicule hépatique et des lésions pelviennes seront donc abordées. Enfin quelques règles et élémentsclés de la CRS seront proposés.



AUTEUR(S)
G. PASSOT, D. VAUDOYER, E. COTTE, O. GLEHEN

BIBLIOGRAPHIE
archives.cer.revuesonline.com/revues/52/10.1007/s11725-015-0586-2.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (2,25 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier