ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Côlon & Rectum

1951-6371
Proctologie - Chirurgie - Endoscopie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 2/2 - 2008  - pp.103-105  - doi:10.1007/s11725-008-0080-1
TITRE
Traitement de la pseudo-obstruction colique aiguë par néostigmine

TITLE
Neostigmine for the treatment of acute colonic pseudo-obstruction

RÉSUMÉ

La pseudo-obstruction colique aiguë (POCA) ou colectasie, c’est-à-dire une distension colique massive en l’absence d’obstacle, peut apparaître après une chirurgie ou au cours d’une pathologie sévère. Bien qu’elle puisse évoluer favorablement avec un traitement médical conservateur, une colo-aspiration est parfois nécessaire pour prévenir une ischémie colique ou la perforation. Quelques études non contrôlées ont suggéré que la néostigmine pourrait être un traitement efficace.

Vingt et un patients ayant une POCA ont été inclus dans cette étude randomisée. Tous avaient une distension abdominale et une dilatation colique sur un ASP, avec un diamètre cæcal d’au moins 10 cm, et aucun n’avait répondu au traitement médical bien mené pendant au moins 24 heures. Onze patients ont reçu 2 mg de néostigmine i.v. et dix un placebo (sérum physiologique). Un investigateur, aveugle pour le traitement reçu, mesurait la réponse clinique (définie comme l’évacuation rapide de gaz ou de selles et une diminution de la distension abdominale), le périmètre abdominal et le diamètre colique sur l’ASP. Les patients non répondeurs au traitement pouvaient recevoir, en ouvert, une injection de néostigmine trois heures plus tard.

Dix des 11 patients ayant reçu de la néostigmine avaient une décompression colique immédiate, aucun dans le groupe placebo (p < 0,001). La durée médiane d’apparition de la réponse était de quatre minutes (extrêmes: 3–30 minutes). Sept patients du groupe placebo et un du groupe traité n’ayant pas répondu au traitement initial ont reçu de la néostigmine en ouvert; tous ont répondu au traitement. Deux patients ayant une réponse initiale à la néostigmine ont nécessité une colo-aspiration pour récidive de la distension colique, un a finalement nécessité une colectomie subtotale. Les effets secondaires du traitement étaient des douleurs abdominales, une hypersalivation et des vomissements. Une bradycardie symptomatique est apparue chez deux patients, nécessitant un traitement par atropine.

Chez des patients atteints de POCA ne répondant pas à un traitement médical bien mené, la néostigmine par voie intraveineuse permet de décomprimer rapidement le côlon.



ABSTRACT

Acute colonic pseudo-obstruction — that is, massive dilation of the colon without mechanical obstruction — may develop after surgery or severe illness. Although it may resolve with conservative therapy, colonoscopic decompression is sometimes needed to prevent ischemia and perforation of the bowel. Uncontrolled studies have suggested that neostigmine may be an effective treatment.

We studied 21 patients with acute colonic pseudo-obstruction. All had abdominal distension and radiographic evidence of colonic dilation, with a cecal diameter of at least 10 cm, and had had no response to at least 24 hours of conservative treatment. We randomly assigned 11 to receive 2.0 mg of neostigmine intravenously and 10 to receive intravenous saline. A physician who was unaware of the patients’ treatment assignments recorded clinical response (defined as prompt evacuation of flatus or stool and a reduction in abdominal distention), abdominal circumference and measurements of the colon on radiographs. Patients who had no response to the initial injection were eligible to receive open-label neostigmine three hours later.

Ten of the 11 patients who received neostigmine had prompt colonic decompression, as compared with none of the 10 patients who received placebo (P < 0.001). The median time to response was 4 minutes (range: 3 to 30). Seven patients in the placebo group and the one patient in the neostigmine group without an initial response received open-label neostigmine; all had colonic decompression. Two patients who had an initial response to neostigmine required colonoscopic decompression for recurrence of colonic distention; one eventually underwent subtotal colectomy. Side effects of neostigmine included abdominal pain, excess salivation, and vomiting. Symptomatic bradycardia developed in two patients and was treated with atropine.

In patients with acute colonic pseudoobstruction who have not had a response to conservative therapy, treatment with neostigmine rapidly decompresses the colon.



AUTEUR(S)
B. COFFIN

MOTS-CLÉS
Pseudo-obstruction colique, Motricité colique, Néostigmine, Syndrome d’O’Gilvie, Coloscopie, Exsufflation

KEYWORDS
Colonic pseudo-obstruction, Colonic motricity, Neostigmine, Ogilvie’s syndrome, Coloscopy, Exsufflation

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (78 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier