ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Côlon & Rectum

1951-6371
Proctologie - Chirurgie - Endoscopie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 2/2 - 2008  - pp.71-81  - doi:10.1007/s11725-008-0086-8
TITRE
Approche chirurgicale vaginale et/ou périnéovaginale des rectocèles

TITLE
The vaginal and/or vaginoperineal approach to rectocele corrective surgery

RÉSUMÉ

Le traitement de la rectocèle par voie transpérinéovaginale fait appel à des techniques traditionnelles comme la colpopérinéorraphie postérieure avec ou sans myorraphie des releveurs, la plicature médiane du fascia rectovaginal ou la réparation site specific ou à l’interposition entre le rectum et le mur vaginal postérieur d’un implant prothétique biologique ou synthétique. En raison d’un taux de dyspareunie postopératoire préoccupant, la classique myorraphie a été progressivement délaissée au cours des dix dernières années au profit de la plicature fasciale ou de la réparation site specific à la carte. Néanmoins dans le but de réduire le risque de récidive, des réparations prothétiques ont été suggérées faisant appel soit à du matériel biologique, soit à du matériel synthétique, résorbable ou non. Les résultats avec les implants biologiques ont été décevants avec des taux inacceptables de récidives. Les premiers résultats avec l’utilisation de prothèses synthétiques sont prometteurs, mais des interrogations persistent face à des complications spécifiques comme la rétraction ou l’exposition de matériel et le risque de dyspareunie de novo. Cette chirurgie doit donc actuellement être réservée aux patientes avec récidive ou prolapsus de haut grade ou à des patientes loyalement informées incluses dans des études prospectives randomisées.



ABSTRACT

Rectocele repair via a transvaginal approach involves such traditional procedures as posterior colporraphy with or without myorraphy, midline fascial plication and site specific repair, or mesh repair with biological or synthetic implant. Because of an increased risk of postoperative dyspareunia, surgeons are reluctant to perform levator myorraphy, resulting in midline fascial plication and site specific repair having gained general acceptance over the last decade. Nevertheless, in an attempt to reduce recurrence, mesh repair using biological or synthetic (absorbable or non absorbable) implants has been suggested. First results with synthetic implants are promising but important issues such as mesh shrinkage, mesh extrusion or de novo dyspareunia have to be addressed. Currently, therefore, the use of mesh has to be restricted to patients with recurrence and stage 3 or 4 pelvic organ prolapse or to informed and consenting patients enrolled in prospective randomized trials.



AUTEUR(S)
B. FATTON

MOTS-CLÉS
Rectocèle, Colpopérinéorraphie, Implants biologiques

KEYWORDS
Rectocele, Colpoperineorraphy, Biological implants

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (357 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier