ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Côlon & Rectum

1951-6371
Proctologie - Chirurgie - Endoscopie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 3/3 - 2009  - pp.137-145  - doi:10.1007/s11725-009-0165-5
TITRE
Ulcérations anales des infections sexuellement transmissibles

TITLE
Anal ulcerations in sexually transmitted diseases

RÉSUMÉ

L’ulcération anale est une forme fréquente d’infection sexuellement transmissible (IST). La principale étiologie en France est l’herpès. D’autres étiologies doivent être évoquées, notamment en cas de sexualité à risque et/ou chez les patients issus de zone d’endémie de certaines IST: syphilis, lymphogranulomatose vénérienne (LGV), chancre mou, donovanose, amibiase. Le diagnostic repose sur le contexte de rapport sexuel à risque, l’aspect des lésions, associés aux prélèvements bactériens et sérologiques. L’association de ces infections n’est pas rare. Il faut également rechercher une infection par le VIH, car l’augmentation récente de l’incidence de ces IST a été observée essentiellement dans la population homosexuelle masculine ayant une sexualité à risque non protégée. De plus, les ulcérations anales augmentent le risque de transmission et de contage du virus VIH. Enfin, la co-infection par le VIH pose des problèmes diagnostiques (les lésions anales étant parfois atypiques) et des problèmes thérapeutiques avec des infections souvent plus difficiles à traiter. Le traitement est probabiliste dans l’attente des résultats biologiques et doit prendre en compte les partenaires sexuels.



ABSTRACT

Anal ulceration is a common form of sexually transmitted infections (STIs). The main etiology in France is herpes. Other etiologies exist, particularly in cases of sexual risk and/or in patients from endemic areas of following STIs: syphilis, lymphogranulomatose venereum, chancroid, donovanosis, amoebiasis. Diagnosis is based on context of sexual risk, appearance of lesions associated with bacterial and serological samples. The association of these infections is not uncommon. HIV infection must be diagnosed, because the recent increase in the incidence of these STIs was observed mainly in the homosexual male population with unprotected sexuality. In addition, anal ulcers increase the risk of transmission and infection of HIV. Finally, co-infection with HIV creates diagnostic problems (anal lesions are sometimes atypical) and therapeutic problems with infections often more difficult to treat. The treatment is probabilistic, before biological results, and must take into account the sexual partners.



AUTEUR(S)
P. ROUMEGUÈRE

MOTS-CLÉS
Ulcération anale, Infection sexuellement transmissible, Herpès, Syphilis, Lymphogranulomatose vénérienne, Chancre mou, Donovanose, Amibiase

KEYWORDS
Anal ulceration, Sexually transmitted infection, Herpes, Syphilis, Lymphogranuloma venereum, Chancroid, Donovanosis, Amoebiasis

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (264 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier