ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Côlon & Rectum

1951-6371
Proctologie - Chirurgie - Endoscopie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 6/1 - 2012  - pp.34-36  - doi:10.1007/s11725-012-0360-7
TITRE
La voie d’abord laparoscopique pour la prise en charge du cancer du côlon

TITLE
A comparison of laparoscopically assisted and open colectomy for colon cancer

RÉSUMÉ

La colectomie pour cancer par laparoscopie a été proposée dès 1996. L’idée que cette voie d’abord puisse compromettre les résultats oncologiques chirurgicaux, le staging tumoral ou augmenter le risque de récidive (en particulier le risque de récidive pariétale, comme fréquemment rapporté) a motivé la réalisation d’un essai contrôlé randomisé.

Nous avons réalisé un essai de non-infériorité sur 48 centres incluant 872 patients porteurs d’un adénocarcinome du côlon chez qui la voie d’abord pour la réalisation de la colectomie, réalisée par des chirurgiens expérimentés, a été randomisée entre laparotomie et laparoscopie. Le suivi médian était de 4,4 ans. Le critère de jugement principal était le délai de récidive.

A 3 ans, les taux de récidives étaient similaires dans les 2 groupes et concernaient 16% des patients opérés par laparoscopie contre 18% des patients opérés par laparotomie (p = 0,32, Hazard-ratio dans le groupe laparoscopie: 0,86 [0,63–1,17]). Le taux de récidive pariétale était de moins de 1% dans les 2 groupes (p = 0,50). La survie globale à 3 ans était, elle aussi, similaire dans les 2 groupes: 86% dans le groupe laparoscopie contre 85% dans le groupe laparotomie (p = 0,51, Hazard-ratio dans le groupe laparoscopie: 0,91 [0,68–1,21]. Il n’existait pas de différence significative pour le délai de récidive ou le taux de survie global, quel que soit le stade tumoral. La réhabilitation péri-opératoire était plus rapide dans le groupe laparoscopie par rapport au groupe laparotomie, comme l’attestait une plus courte durée d’hospitalisation (5 contre 6 jours, p < 0,001) et une utilisation plus courte de dérivés morphiniques par voie parentérale (3 contre 4 jours, p < 0,001) et d’antalgiques par voie orale (1 contre 2 jours, p < 0,001). Le taux de complications intraopératoires, la morbidité à j30, le taux de complications à la fin de l’hospitalisation et à j60, le taux de réhospitalisation et le taux de reprise chirurgicale étaient similaires entre les 2 groupes.

Dans cet essai multicentrique, les taux de récidive tumorale étaient similaires après colectomie par laparotomie et par laparoscopie, suggérant que la voie d’abord laparoscopique est une alternative acceptable à la laparotomie pour la réalisation d’une colectomie pour cancer.



ABSTRACT

Minimally invasive, laparoscopically assisted surgery was first considered in 1990 for patients undergoing colectomy for cancer. Concern that this approach would compromise survival by failing to achieve a proper oncologic resection or adequate staging or by altering patterns of recurrence (based on frequent reports of tumor recurrences within surgical wounds) prompted a controlled trial evaluation.

We conducted a noninferiority trial at 48 institutions and randomly assigned 872 patients with adenocarcinoma of the colon to undergo open or laparoscopically assisted colectomy performed by credentialed surgeons. The median follow-up was 4.4 years. The primary end point was the time to tumor recurrence.

At three years, the rates of recurrence were similar in the two groups—16 percent among patients in the group that underwent laparoscopically assisted surgery and 18 percent among patients in the open-colectomy group (two-sided P = 0.32; hazard ratio for recurrence, 0.86; 95 percent confidence interval, 0.63 to 1.17). Recurrence rates in surgical wounds were less than 1 percent in both groups (P = 0.50). The overall survival rate at three years was also very similar in the two groups (86 percent in the laparoscopic-surgery group and 85 percent in the open-colectomy group; P = 0.51; hazard ratio for death in the laparoscopic-surgery group, 0.91; 95 percent confidence interval, 0.68 to 1.21), with no significant difference between groups in the time to recurrence or over-all survival for patients with any stage of cancer. Perioperative recovery was faster in the laparoscopic-surgery group than in the open-colectomy group, as reflected by a shorter median hospital stay (five days vs. six days, P < 0.001) and briefer use of parenteral narcotics (three days vs. four days, P < 0.001) and oral analgesics (one day vs. two days, P = 0.02). The rates of intraoperative complications, 30-day postoperative mortality, complications at discharge and 60 days, hospital readmission, and reoperation were very similar between groups.

In this multi-institutional study, the rates of recurrent cancer were similar after laparoscopically assisted colectomy and open colectomy, suggesting that the laparoscopic approach is an acceptable alternative to open surgery for colon cancer.



AUTEUR(S)
L. MAGGIORI, Y. PANIS

MOTS-CLÉS
Adénocarcinome colique, Laparoscopie, Survie, Récidive, Morbidité

KEYWORDS
Laparoscopic approach, Colon adenocarcinoma, Survival, Recurrence, Morbidity

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (83 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier